La santé en Afrique une situation alarmante

« Les personnes pauvres n’ont pas les moyens de se sortir de la pauvreté. Accroître leur productivité en investissant dans leur éducation et dans leur santé est souvent la meilleure manière d’améliorer leur bien-être. » B.M

La santé reste l’un des défis majeurs que le continent africain doit relever. Dans un récent rapport de l’OMS consacré à la situation sanitaire du continent, celle-ci reste préoccupante. Détentrice du record de mortalité infantile et infanto-juvénile, un Africain a une chance sur six de ne jamais parvenir à l’âge de cinq ans à sa naissance, emporté par le paludisme, les infections multiples ou le sida. Ceux qui survivent ont une chance sur deux d’être mal nourris et de vivre en dessous du seuil de pauvreté, n’atteignant en moyenne que 48 ans, soit trente ans de moins que dans la plupart des pays dits développés. 6% des enfants seront contaminés par le virus du sida contre moins de 1% ailleurs.
En outre, les maladies cardio-vasculaires et le diabète progressent et les accidents notamment de la route figurent parmi les principales causes de décès de la région.
Comment expliquer un tel phénomène ?
Le manque de volonté des dirigeants africains expliquerait bien cette situation et ce malgré les budgets de milliards votés chaque année. Beaucoup de leurs hôpitaux datent de l’époque coloniale, et sont souvent confrontés à un manque de matériel considérable. À cela s’ajoute le manque de personnel qualifié, constant et ponctuel.
Les conflits armés constituent aussi un réel frein pour les recherches et le progrès de la santé en Afrique, tout en exposant les populations à une pauvreté extrême et à une malnutrition qui touchent surtout les enfants. On pourrait citer la corne du continent et le soudan où la situation nutritionnelle des populations est dramatique. Il s’agit là pourtant de pays engagés dans une course effrénée aux armements où mercenaires et trafiquants d’armes trouvent leur bonheur.

Toutefois, le diagnostic montre aussi certains signes d’espoir, avec quelques belles réussites et des initiatives encourageantes.
Des progrès importants ont été réalisés en ce qui concerne l’éradication de la poliomyélite en Afrique de l’Ouest, notamment au Nigeria, qui a enregistré en 2010 deux réductions de 95 % du nombre des cas de poliovirus sauvage. De nette amélioration aussi est notée dans la lutte contre la plus grande catastrophe sanitaire du continent : le sida. En effet, si le virus reste la principale cause de mortalité chez l’adulte (dans seize pays d’Afrique, plus de 10% de la population est infecté), l’accès aux médicaments antirétroviraux a été multiplié par 8 en deux ans en Afrique subsaharienne.
Toutefois la recommandation majeure reste l’investissement, l’Afrique ne pourra s’épanouir économiquement et socialement qu’avec un investissement massif d’une précision chirurgicale dans la santé.

Natacha Seck

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Culture et Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s