De la nécessité de faire du Sénégal une thalassocratie

Par leur nom les peuples portent le code génétique de leur histoire. Il suffit de remonter le cours de l’histoire pour se rendre compte, du rapport historique des Sénégalais avec l’eau,des « Lébu aux  Zénégas (peuple qui a donné son nom au pays) ». Certains historiens préfèrent se contenter de la définition « sunugal » notre pirogue pour donner l’origine du nom de notre pays.

Les deux définissions me satisfont. Les eaux du Sénégal sont les premiers employeurs du pays et pourront en employer plus si l’Etat du Sénégal décidait de faire du pays une thalassocratie :

Sur le plan économique : faire du transport fluvial et maritime par l’introduction de taxis bateaux. Il y avait un projet du temps de Wade, apparemment les taxis n’étaient pas pour la mer mais pour le fleuve ! J’espère que le nouveau président poursuivra ce projet par pragmatisme. Surveillance de l’espace maritime sénégalais contre les bateaux pirates et les pécheurs clandestins.

Sur le plan militaire : « Si vis pacem, para bellum ». Qui veut la paix doit préparer la guerre.

Le Sénégal va bientôt rentrer en guerre dans les six mois à venir, et n’a pas fini de résoudre l’irrédentisme casamançais. En accueillant l’ancien président déchu du Mali, nous nous sommes impliqués « très tôt » dans ce qui est appelé la crise malienne. Nous voulions profiter de l’accueil d’Alpha Toumani Touré, pour redorer le blason de notre diplomatie moribonde après les derniers faits d’armes : Wade à Benghazi.

Cette même diplomatie est devenue aphone au niveau international. Nous attendons le feu vert de l’Onu et par ricochet celui de la France. Pendant ce temps, le MNLA continue à consolider ses appuis et sa position au sein de la Umma. Le mot Umma vient probablement de la même racine que « Umm » qui signifie « mère ». La Umma, c’est la communauté au sens le plus large du terme. « el-Umma el-islamiya », communauté islamique n’est pas basée sur les liens de race ou de sang, mais sur la foi, l’appartenance à une même religion. C’est une communauté juridico-politico-religieuse.

Depuis la création du premier Etat musulman à Médine jusqu’à nos jours, en passant par les différentes étapes historiques qu’a connues successivement l’Islam, le mot Umma n’a jamais cessé de faire vibrer les cœurs des musulmans. C’est au nom de cette Umma que se nouent et se dénouent les liens entre les différents Etats arabes. Les appels à la solidarité inter-arabe se font en son nom et malgré les dissensions actuelles, ce mot garde toujours un caractère quasi magique…

Tous les « vrais » musulmans sont des frères et tant que frères, ils doivent se soutenir financièrement et militairement. D’ailleurs ne parle-t’on pas de financement kowetien, de ces groupuscules armés ? Ne parle-t’on pas de la présence de « djihadistes » afghans, pakistanais, nigérian (boko haram) dans l’Azawad, de représentants d’Alqaeda al umm (la mère) dans les katibas.

Un de mes professeurs, disait que la guerre c’était de la politique par d’autres moyens, mais un État se doit d’anticiper sur les conflits à venir. Il disait également qu’une guerre n’est jamais finie, seulement différée. C’est la raison pour laquelle le Sénégal doit se doter de moyens lui permettant de défendre ses citoyens contre d’éventuels agresseurs. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et de la « tempête du désert », la guerre ne se fait plus de la même façon, nous parlons plus aujourd’hui de terrorisme et de guérilla; C’est pourquoi le Sénégal doit aussi bien surveiller ses frontières maritimes que terrestres. Si des moyens sont déjà utilisés pour ce qui est des frontières terrestres, rien n’est fait pour la surveillance des eaux territoriales.

Rien que pour lutter contre l’immigration clandestine, nous nous allions à Frontex (L’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne).

Certains seront surpris par  mon analyse, en se disant : mais cela se déroule dans le désert, or ils oublient que nous avons une frontière commune avec la Mauritanie, le Mali, la Guinée Bissau actuelle plaque tournante du trafic de stupéfiants en l’occurrence la cocaïne. Ils ont tendance à occulter le fait que les terroristes frappent là ou on ne les attend pas et là ou on n’est le plus vulnérables car si le corps est trop fort, il faut frapper à la tête. Si le Sénégal s’allie à l’UA et la CEDEAO dans un objectif de reconquête du territoire malien, il exposera de facto sa population à des représailles (attentats terroristes).

Les théoriciens de la guerre disent que le meilleur des Etats est celui, qui sait faire la guerre en dehors de ses frontières. Quant aux « terroristes » (ou ceux qui sont considérés comme tels), ils cherchent à causer beaucoup de dégâts avec peu de moyens en dehors de leurs frontières. Le MNALA et ses partisans ont une idéologie et une religion au nom de laquelle ils se battent. Reste à savoir, au nom de quoi, l’armée de la CEDEAO se battra elle ?

Autre remarque importante, quelque soit leur milieu d’origine ou les raisons profondes de leur engagement, les terroristes d’Aqmi et de Boko Haram font tous preuve d’un fanatisme exhalé. Ils ne craignent pas la mort car dans leurs têtes, ils sont déjà mort au nom du Djihad.

Dans cette guerre de reconquête, nous devrions éviter de nous associer à la France et l’occident, tout du moins, de manière officielle.

Aux yeux des djihadistes, la France incarne le néo-colonialisme à souhait, et nous serions considérés comme les bras armés des ennemies de l’Islam face au « suppôt de Satan » et ils n’auront pas pitiés et l’otage Sénégalais aura une valeur marchande comme l’européen !

GBF

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualités, Economie et Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s