Les « NTIC » comme outil de modernisation du monde de l’économie Africaine

Face à la globalisation financière et économique, l’Afrique a plus que jamais besoin de rendre moderne ses structures économiques pour ne pas rater la marche vers ce qu’on peut appeler un nouvel ordre mondial économique, avec sans doute le nouveau pôle des pays dits émergents. Une vitesse de convergence économique au niveau planétaire qui n’a pas encore dit son « tout ».

En effet l’outil de l’informatique est devenu incontournable dans la perfection des méthodes de diagnostic, d’évaluation  des marchés financiers voir même d’audit. Les pays émergents qui ont aussi commencé à faire valoir  ces moyens informatiques pour rendre moderne leurs structures financiers.

Aujourd’hui, l’Afrique doit apprendre à aller, voir s’habituer à ces outils informatiques qui rendent les méthodes de prévision économiques, d’évaluation de ses marchés financiers plus moderne, plus efficace, et régulière en heure et en seconde au niveau des méthodes de notation de son marché économique.

Ceci passera indéniablement par un savoir-faire,  voir une compétence au niveau de la science de l’informatique décisionnel au sein de ses statisticiens, économètres, économistes, traders etc. Et de manière générale tout ceux qui travaillent dans le monde de l’économie et de la finance au sein de ces marchés financiers. Ceci permettra non seulement de développer  un secteur de recherche en informatique décisionnel qui va contribuer largement à rendre beaucoup plus efficace l’estimation des modèles économétriques de même que leurs prévisions.

Cette modernisation  connaîtra  un processus à long terme qui passera par  la réduction de la fracture numérique et aussi l’objet d’un changement profond structurel au niveau du monde de l’économie et de la finance Africaine.

Et comme disait S. Faucheux « La propagation des NTIC, sont susceptibles de favoriser le processus de dématérialisation par le changement structurel de l’économie ».

C’est bien en cela qu’il s’agit de mener un processus significatif à long terme qui visera à réduire non seulement  la fracture numérique mais aussi à donner une nouvelle façon plus efficace  et rapide en temps réel les biens de l’économie public comme privé. Ceci  pourrait être un enjeu voir un défi pour l’Afrique et son émergence économique de même.
Car en développant le secteur de l’informatique décisionnel contribue à instaurer au monde universitaire une modernisation de leurs apprentissages.

Gueye Ahmadou

Etudiant en Statistique appliqué et économètrie
Desk économie au sein de Njaccàar VissionnaireAfric1

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Economie et Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s