Les Njàccaars se rencontrent et travaillent sur Skype, le pont numérique

La première assemblée générale de Njàccaar Visionnaire Africain se tint le samedi 12 septembre 2009 vers 20h00 GMT (22h00 en France) sur Skype. En effet grâce à un e-mail d’invitation rédigé et envoyé par Mambaye Lô, une douzaine de personnes se réunît et échangea pendant plus 4 heures.

Que voulons-nous au fait ? Allons-nous mutualiser nos efforts ? Comment pouvons-nous « agir ensemble » ?

L’ordre du jour soulevait ces questions et les laissaient à l’appréciation de chaque participant afin que la pâte à modeler, correspondant à la somme de nos aspirations, reste modelable à la fois par chacun et par le groupe que nous formerions.

Malgré des coupures de connexions et d’autres soucis techniques, la réunion connût un franc succès. Par la suite et à quelques exceptions près, toutes les réunions du bureau voire des projets se tinrent sur Skype. Qui à Toulouse, qui à Dakar, qui à Toronto, qui à Genève, nous parvînmes, sans jamais s’être réellement rencontrer pour certains, à former, à souder et faire fonctionner une équipe dans la complicité et l’efficience.

Inutile de dire que ça n’a jamais été chose facile mais la volonté y était. Nous devînmes petit à petit une famille : les Njàccaars. Pour revenir à la communication, en effet à fois que la majorité des membres étaient incapables de se rencontrer physiquement, parce que trop éloignés, Internet et/ou ses applications gratuites de communication à distance, comme le mailing ou les messageries instantanées, jouèrent un rôle centrale pour rapprocher et faciliter les échanges entre les membres.

Prenons en témoignage le Grand Forum de NVA qui reste un exemple marquant. A ses débuts, NVA organisait chaque trimestre un forum sur Skype. Ouvert non seulement aux membres mais encore aux sympathisants dont ceux de Facebook, le forum donnait l’occasion aux adhérents au-delà des projets de mieux faire connaissance et aux sympathisants au-delà de l’apparence externe de découvrir l’ambiance et l’esprit des Njàccaars ainsi que leurs projets sans oublier leurs manières de faire et de penser. Bref le Grand Forum une vraie machine à proximité. Tous en sortaient revigorés de motivation et de satisfaction. Des chemins se croisaient, de nouvelles idées et de constructifs échanges en ressortaient. Saine émulation, écoute active, partage efficient des informations mais ensuite du travail, parfois découverte ou redécouverte de l’altérité.

Le virtuel nous a transportés à des endroits jusqu’alors hors de portée du réel, là où on se réveille à Toronto, on se couche à Thoiry et on rêve endormi à Kigali. Là où on réside partout et nulle part en même temps mais où on parvient quand même à tendre la main à l’autre qui se trouve au bout du monde et on laboure ensemble le champ collectif.

Faram Fa Ce

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture et Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s