A L’aide ! La case du voisin brûle !

L’Afrique doit-elle attendre ou s’unir pour  la stabilité de nos pays?

Que ne fut ma surprise quand j’ai appris que le Mali et le Sénégal avait la même devise : « un peuple, un but, une foi ». Nous sommes tous fières de nos héros, à l’instar de Thomas Sankara Patrice Lumumba et Nelson Mandela, mais aucun de nous ne veut leur emboîter le pas voire travailler pour réaliser leur rêve, celui de l’Unité Africaine. D’ailleurs que ceux qui vont commenter cet article me disent quel président incarne aujourd’hui l’unité africaine ? Lequel travaille dans le sens de cette unité ?

Nous sommes d’accord sur la gare d’arrivée, mais nous ne sommes pas d’accord sur la route à prendre. Hier à Dakar Nicolas Sarkozy disait que l’Homme africain n’était pas « assez » rentré dans l’histoire et je trouve aujourd’hui avec un peu de recul, qu’il avait raison. Nous sommes encore dans le couloir qui mène à l’Histoire à la recherche du fil d’Ariane.

Nous vivons l’histoire par procuration. Nous subissons les décisions. Nous subissons les crises économiques et les dévaluations monétaires. Nous ne faisons que tendre la main, nous ne faisons qu’attendre que les décisions viennent d’ailleurs. Au Rwanda nous avons attendu l’Onu, au Darfour nous avons attendu l’Onu, en cote d’Ivoire nous avons aperçu la France et en Libye nous avons vu la France.

Aujourd’hui le feu gagne le Mali, demain c’est peut être le Nigeria ou le Sénégal. Qu’attendons-nous ? La France ? Elle a d’autres problèmes à résoudre (la Syrie) et les élections dans deux semaines poussent le chef d’Etat à plus de prudence, pis, il n’y a pas de pétrole au Mali, du moins pas encore.

N’attendons plus que la décision d’intervenir  vienne d’occident, refusons d’être des acteurs passifs de la marche de l’histoire. Le droit d’ingérence nous appartient. Hier encore M. Nicolas Sarkozy disait se battre pour que l’Afrique ait un peu plus de droits à l’ONU. A quand le droit de veto pour l’Afrique ?

Et si nous, Africains, commencions par unir nos forces armées : pour  créer une Armée Internationale (ou Inter- régionale) de DÉfense (AIDÉ) ! Quand le peuple criera à l’aide, Elle sera présente. Une armée qui ne laissera pas à  l’OTAN ou  à l’ONU le soin d’intervenir à sa place. Le jour où elle a eu besoin de la Force Noire, la France  créa le RTS (Régiment des Tirailleur Sénégalais). Aujourd’hui indépendants, nous sommes incapables de défendre notre intégrité territoriale tout seul. Incapable de créer un « Nous », de créer une armée fédérale oubliant le proverbe Bambara qui dit « « Que les chèvres se battent entre elles dans l’enclos est préférable à l’intermédiation de l’hyène ».

GBF

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture et Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s