72h de NVA Ed2 – Initiation à la langue Wolof, notamment aux mathématiques en Wolof

[Aïssatou BADIANE] [Sadio SANGHARE]

La Seconde Edition des 72H de Njàccaar Visionnaire Africain s’est ouverte sur un cours d’initiation à la langue wolof.

Animateurs : Sadio SANGHARE et Aïssatou BADIANE.

Nous rappelons que nous ne sommes pas des professionnels de la formation, et encore moins des Professeurs de la langue wolof, que nous ne prétendrons pas ici maîtriser. Néanmoins, chez Njàccaar Visionnaire Africain, notre credo étant de faire  « ce que nous pouvons avec ce que nous avons », et nous rajouterons même, « avec ce que nous sommes et connaissons », nous nous sommes, en toute modestie, décidés à donner ce cours de wolof, en faisant appel et à nos humbles connaissances en la matière, et en notre soif de transmettre.

Cette volonté d’apprendre chaque jour un peu plus, de pousser l’autre à apprendre et à s’approprier pleinement sa culture, nous l’avons solidifiée par une intense et très diversifiée documentation. Et c’est ainsi que nous avons pu donner ce cours d’initiation à la langue wolof.

Le cours a débuté par un rappel historique sur l’origine de la langue wolof et par la définition des territoires sur lesquels est parlée la langue wolof.

Une langue de la famille Niger-Congo. Classée dans la branche nord du groupe Atlantique, le wolof est parlé par huit à dix millions de locuteurs, principalement au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie, le wolof figure parmi les langues nationales de ces pays mais y fonctionne aussi, souvent, comme langue de communication.

Une langue à tradition orale. C’est avec l’islamisation du Sénégal qu’il y eût les premières tentations d’écriture du wolof en caractères arabes, qui plus tard est appelée le « Wolofal ». Néanmoins, le Sénégal a pu se doter depuis 1971 d’une orthographe officielle basée sur l’alphabet latin. L’alphabet (Liifantu) wolof est alors composé de 29 lettres dont 9 voyelles et 20 consonnes.

Une langue à classe nominale. L’ensemble du lexique nominal est réparti en dix classes qui déterminent un accord syntaxique, limité en wolof aux déterminants du nom. Ces classes sont marquées par un classificateur, généralement postposé au nom et constitué d’une consonne à laquelle sont suffixés différents éléments intervenant dans la détermination nominale.

Les déterminants nominaux sont généralement postposés et, pour la plupart, formés à l’aide de la consonne de classe et d’un suffixe spatial indiquant la position du référent par rapport au locuteur.

Une grammaire. Après avoir abordé les bases fondamentales de la langue wolof, nous avons survolé brièvement la grammaire wolof. Mais nous avons tenu à faire une remarque fondamentale sur la grammaire car le système des temps grammaticaux en wolof n’est pas comparable à celui du français.

Le wolof n’a pas de temps grammaticaux à proprement parlé. L’ensemble des 6 conjugaisons appelés modes est soumis en wolof à l’opposition des deux aspects « accompli / inaccompli », mais seulement avec des variations d’emploi.

Un système verbal. Basé sur (ndeminu waxeel bi).

– Trois modes (anam) : l’indicatif (tegtal), l’injonctif (ndigal) et le subordinatif (jokk)

– Deux formes (ndemin) : la forme affirmative (ndeminu waaw) et la forme négative (ndeminu déet)

– Deux aspects (gis-gis) : l’accompli (lu sotti) et l’inaccompli (lu sotteegul)

Les pronoms personnels intègrent le mode et l’aspect du verbe. C’est donc le pronom qui varie et non la base du verbe qui reste invariable.

Le wolof ne possède pas d’adjectifs. Ce sont des verbes qui en tiennent lieu. Les notions exprimées en français par être – adjectif attribut sont rendues par des verbes qui ont un statut de verbes d’état par opposition aux verbes d’action.

Des règles grammaticales. C’est alors après cette remarque, que nous avons abordé les règles grammaticales wolof en les traitants comme telles :

– Les signes de ponctuation

– Les particules « daan », « doon » et « na »

– Les interjections

– Le nom et ses modalités

– Les pronoms personnels objets

– Les adverbes généraux

– Les adverbes de manière

– Les adverbes d’affirmation et de négation

– Les adverbes d’intensité

– Les adverbes de lieu

– Les adverbes de quantité

– Les adverbes de temps

– Les locutions adverbiales

– La dérivation nominale

– La dérivation verbale

– La dérivation complexe

Nous avons terminé la première partie du cours avec ces règles grammaticales, puis nous avons enchainé avec la deuxième partie qui consistait à présenter au public la traduction intégrale de tous les concepts mathématiques traduits en wolof par le Pr. Cheikh Anta Diop et enfin de l’appliquer dans des exemples d’équations.

Cette présentation nous a permis d’interagir avec les participants, parmi eux des sénégalais qui ignoraient qu’ils utilisaient chaque jour des expressions mathématiques sans pour autant se rendre compte.

Pour terminer le cours, toujours dans une logique de faire participer le public, nous avions prévu des devinettes afin qu’on puisse s’appliquer à tout ce qui a été dit en théorie dans le cours.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture et Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s