Editorial du mois de Septembre

Depuis décembre de l’année dernière, l’actualité dans le plus vieux continent est rythmé principalement par des crises politiques, des « révolutions » ou des révoltes et enfin par la crise alimentaire en Somalie.

Que dire mais surtout que penser de tout cela ? Surtout dans ce nuage d’information où très souvent l’on ne sait plus où donner de la tête, qui croire et qui ignorer. Qui plus est, les divers médias semblent prendre goût à atomiser l’information, la divisant en touts petits morceaux rendant sa compréhension encore plus ténue.

D’ailleurs la remise en question de l’objectivité des communicants est nécessaire, notamment lorsqu’il s’agit de l’Afrique. En raison de l’asymétrie des moyens de communication, le lion ne parvient toujours pas à donner sa version de l’histoire. Celle du chasseur s’installe et perdure. Or c’est bien en fonction de ce qu’on sait qu’on agit, de ce qu’on comprend qu’on entreprend.

Et si Gbagbo a réellement gagné les élections en Cote d’Ivoire ? Comment s’y prendrait-il aujourd’hui pour le faire accepter ? Et si la guerre en Libye n’était qu’un prétexte pour mettre la main sur son si bon pétrole ? Et si la sortie de l’Iphone 5 ou l’affaire DSK intéressaient plus les bailleurs de fonds que la crise alimentaire en Somalie ? La question n’est plus d’aller vérifier mais d’avoir les moyens, de quelque ordre que ce soit, d’établir et faire accepter un fait aux consciences voire aux imaginaires. Si l’ordre établi a du mal à faire marche arrière, soit, mais alors sachons tenir les infos pour ce qu’ils sont, à savoir des vues.

L’information telle qu’elle est apportée au continent, et au-delà telle qu’elle est perçue par les Africains eux-mêmes posent de sérieuses interrogations et suscitent de profondes remises en questions des concepts fondamentaux de vérité, de fait, de témoin, de sources, de vérification, d’intérêt… et pour terminer de lectorat.

En attendant d’y voir plus clair, chacun s’en remettre à ses actions, à son comportement au quotidien. Chacun peut indépendamment de ce qu’il reçoit et perçoit des médias, agir à son niveau pour préserver son environnement, respecter et faire respecter l’Homme dans toute sa multiplicité, enfin à petite échelle il peut prendre toutes sortes d’initiatives pour améliorer le sort de l’Humanité dont il fait parti. Et à ce moment là, il devient lui-même l’Information.
Lemusahel

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Editorial

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s