Le développement de l’Afrique passe t-il par une révolution agricole ?

Un vrai débat existe sur les priorités et les étapes à suivre pour le développement. Il parait naturel de penser qu’elles sont différentes suivant les régions et les pays du monde et suivant les époques. L’on est cependant tenté de se demander s’il y a des constantes ou des règles immuables pour le développement et si l’essor du secteur agricole en fait partie. Plus modestement, nous nous intéresserons ici à la question de l’importance d’une révolution verte pour le développement de l’Afrique. Mais avant de nous focaliser sur le continent africain (3ème partie de la saga), il nous parait intéressant et instructif d’avoir en tête des exemples de révolution du secteur primaire et de voir la place que celle-ci a eu dans l’amorçage du développement de pays aujourd’hui considérés comme économiquement développés (1ère partie) ou émergents (2ème partie).

Sur le vieux continent, commençons par l’Angleterre – première puissance économique mondiale des XVIIIe et XIXe siècles – et par ce qu’on a appelé la « Révolution Agricole ». Au risque de rappeler ce que chacun sait, la Révolution Agricole est le nom que les historiens ont donné à la série de changements et d’innovations qui ont rendu possible le démarrage des rendements céréaliers accrus, la fin des famines cycliques et l’augmentation générale de la quantité, de la qualité et de la variété de la nourriture produite. Quelles sont les raisons de son éclosion?

D’abord, Les Temps Modernes voient une éclosion de la pensée scientifique et un intérêt nouveau pour le progrès technique. Alors que les savants et philosophes médiévaux (et encore plusieurs d’entre eux à l’époque moderne) voient les crises et les famines cycliques comme une forme d’intervention divine, l’esprit rationaliste, lui, vise au contraire à les dominer. D’autre part, les prix agricoles sont à la hausse, ce qui encourage les grands propriétaires à améliorer leurs méthodes de culture afin d’augmenter la production. Aussi voit-on au cours du XVIIe siècle l’agronomie faire ses premiers pas. On commence à étudier scientifiquement la composition des sols et à leur associer les cultures les mieux adaptées. À la fin du XVIIe siècle, les agronomes sont en mesure de produire les premiers manuels d’agriculture moderne. Enfin, depuis la découverte de l’Amérique en 1492, de nouvelles espèces végétales font leur apparition en Europe.

La Révolution Agricole se manifeste en trois volets. D’abord le mouvement des «Enclosures ».  Il s’agit du phénomène de remembrement des terres agricoles qui a lieu en Angleterre à partir de 1500. Enclore une terre c’est tout simplement l’entourer de haies ou de clôtures. Pour comprendre l’ampleur de ce phénomène, il faut savoir qu’au Moyen Âge et pour une bonne partie des Temps Modernes, la terre, bien qu’elle appartienne à un seigneur, est répartie géographiquement  de façon aléatoire entre les différents cultivateurs. En effet, un cultivateur peut posséder 3 ou 4 lopins de terre, mais qui ne sont pas collés les uns aux autres. Les champs sont « ouverts » et chacun peut y avoir accès. Il existe aussi des champs communs, qui sont utilisés pour faire paître les animaux. Les inconvénients de ce système sont nombreux et on peut facilement les imaginer.  Par exemple, les animaux qu’on mène au pâturage piétinent au passage les champs cultivés par les autres cultivateurs. D’autre part, si le lopin voisin du vôtre est laissé en jachère, les mauvaises herbes vont se répandre dans votre champ cultivé. Pour remédier à la désorganisation de ce système, les seigneurs de l’époque vont non seulement enclore les lopins de terre pour mieux protéger les champs mais aussi abolir les droits seigneuriaux pour les remplacer par des tarifs de location de la terre, remembrer les parcelles afin d’éviter l’éparpillement dans l’espace des différents lopins de terre d’un même cultivateur et faire un nouveau partage des terres regroupées. Les terres seront louées à des fermiers créant ainsi un marché où le niveau de location des terres dépendra de leur fertilité et de leur localisation.

Les conséquences de ce phénomène sont multiples et ne vont malheureusement pas faire que des contents. Les enclosures vont d’abord profiter aux grands propriétaires terriens qui, parce qu’ils louent leurs terres selon la loi de l’offre et de la demande, accroissent leurs revenus. Comme les fermiers les plus pauvres ne pourront pas se permettre de louer des terres, ils deviendront des ouvriers agricoles pour les autres fermiers ou pour les grands propriétaires. Au XVIIIe siècle, ce surplus de population dans les campagnes commence à se diriger dans les villes pour trouver des emplois, ce qu’on a appelé l’exode rural. Mais surtout, les enclosures permettent aux grands propriétaires de rationaliser l’agriculture sur leurs terres. Ils peuvent plus facilement implanter de nouvelles cultures et appliquer de nouvelles techniques. Progressivement, l’agriculture devient de plus en plus commerciale, orientée vers la satisfaction des besoins de la population croissante des villes et des campagnes.

Dans la foulée du mouvement  des « enclosures », l’accroissement des terres mises en culture favorise l’augmentation de la production agricole. Cet accroissement est dû à la découverte ou au perfectionnement de techniques de drainage des sols humides. Ainsi, des terres qui ne pouvaient pas être cultivées auparavant, comme les marécages par exemple, vont être transformées en terres arables. On entoure le terrain que l’on veut assécher d’une digue qui empêche l’eau de s’y répandre, puis on installe un moulin à vent qui actionne une pompe afin de drainer le sol. L’eau ainsi pompée est redirigée dans des canaux qui la rejettent à la mer.

Le troisième volet de cette révolution agricole concerne les assolements complexes. Il s’agit là de la grande innovation qui apparaît au milieu du XVIIe siècle et qui va remplacer le système traditionnel de rotation des cultures. Dans les systèmes de rotation traditionnels, une partie de la terre est consacrée annuellement à la culture du blé, une autre partie à une autre céréale, comme l’orge ou l’avoine, et enfin, une dernière partie est laissée en jachère, c’est à dire au repos. On y envoie les animaux se nourrir et déféquer afin d’enrichir la terre de fumier. Chaque année, une partie non négligeable (pouvant aller jusqu’à la moitié) de la terre arable ne produit donc pas. Avec le progrès scientifique, on découvre que des plantes comme les légumineuses, les tubercules, dont la pomme de terre et les légumes-racines (navet, carottes) peuvent remplacer la jachère en enrichissant les sols. Les légumineuses, surtout le trèfle, sont une meilleure source d’alimentation pour le bétail. Mieux nourris, ces animaux se reproduisent davantage, donnent du lait et de la viande de meilleure qualité en plus grande quantité. Les mêmes animaux donnent de l’engrais de meilleure qualité. Cet engrais est à son tour utiliser pour fertiliser les sols. En un mot, la productivité agricole est nettement améliorée.

Il est certain que c’est sur le solide socle de la révolution agricole anglaise que la révolution industrielle a vu le jour. L’augmentation de la production agricole permet de subvenir aux besoins d’une population toujours croissante. D’autre part, les exploitations nécessitant de moins en moins de main d’œuvre, les travailleurs se tournent vers d’autres secteurs d’activité tels que l’industrie.  Qu’en est-il du reste de l’Europe?

La France et les autres pays d’Europe occidentale ne connaîtront leur Révolution agricole qu’à partir du XIXe siècle. Cependant dans le cas de la France par exemple,  il faut rappeler qu’Henri IV et Sully ont mené une politique de modernisation du secteur agricole déjà au XVIè siècle. Pour ne citer qu’un exemple, Henri IV qui connaît la puissance de l’écrit et cherche un moyen de convaincre la noblesse de France d’adhérer à son projet de renouveau agricole, demande à Olivier de Serres de rédiger un ouvrage qui pourrait servir de manuel de gestion domestique à l’usage de l’agriculteur. Ainsi naît, en 1600, le fameux Théâtre de l’agriculture et mesnage des champs appelé à connaître un succès fulgurant.

En substance, les pays du Vieux Continent sont chacun à leur façon passés par une modernisation de leur secteur agricole qui a engendré un important accroissement de la productivité dudit secteur. L’assèchement des marécages, le drainage des terres inondées, la sélection des semences et des espèces et la meilleure exploitation des forêts sont des règles d’or qui ont été suivies dans les pays européens et qui y ont dans une grande mesure favorisé le développement de l’industrialisation, des services et des échanges commerciaux. On pourrait penser que ces exemples sont d’une autre époque et qu’ils sont obsolètes pour l’Afrique d’aujourd’hui et que le passage par la case « Révolution Agricole » n’est plus « obligé ». C’est pour cela que dans la deuxième partie de cette saga, nous évoquerons les révolutions vertes bien plus récentes des pays aujourd’hui considérés comme économiquement émergents. Nous ferons un tour du côté de l’Inde, de la Chine et de l’Amérique Latine afin de nous faire une idée du niveau de priorité qui y a été donné au développement du secteur agricole.



Tite Yokossi,http://terangaweb.com/terangaweb_new/?p=458


Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Economie et Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s