Nat Turner, un esclave prophète et révolutionnaire

L’esclavage étant reconnu comme crime contre l’humanité, a toute une histoire, les résistances africaines,

les africains qui ont combattus les esclavagistes mal intentionnés qui capturaient leurs frères et sœurs, il y a les hommes qui sont morts pendant le long voyage, il y a la catégorie des africains, qui réalisant n’ayant pas d’autre choix, se sont adaptés au mode de vie d’esclave et enfin  ceux qui ont tout fait pour que cette pratique ne soit qu’un mauvais souvenir, c’est cette dernière catégorie qui m’intéresse aujourd’hui et j’aimerais partager le peu que je connais d’un homme qui a combattu l’esclavagisme à sa manière, avec vous. Je vais parler d’une personne particulière, qui malgré l’anonymat, a laissé exprimer ses sentiments réagir à ce qu’il vivait, a laissé parler son cœur, et a mis en œuvre ce qu’il trouvait, selon lui, nécessaire et la seule chose à faire à cette époque pour que l’esclavage ne cesse : il a organisé la plus grande rébellion des esclaves en Virginie. Cet homme s’appelait Nathaniel « Nat Turner ».

Nathaniel « Nat » Turner (2 octobre 1800 – 11 novembre 1831) était un esclave américain qui a mené une rébellion des esclaves en Virginie le 21 août 1831, qui a occasionné la mort de 56 blancs et une cinquantaine de noirs, il s’agit du plus grand nombre de morts à se produire dans un soulèvement avant la guerre de sécession dans le sud des Etats-Unis. Il a rassemblé des partisans dans le Comté de Southampton en Virginie. Turner a été emprisonné, condamné à mort et exécuté.

À la naissance, le maître de Turner a seulement enregistré son prénom, bien qu’il ait pu avoir un nom de famille au sein de la communauté des esclaves. Conformément à la pratique courante, les blancs lui ont soumis le nom de famille de son maître, Samuel Turner. Turner savait très peu de choses sur son père, qui avait échappé à l’esclavage quand Turner était encore petit. Turner est resté très proche avec sa grand-mère paternelle, Old Bridget, qui était aussi l’esclave de Samuel Turner. La grand-mère maternelle de Turner était originaire de l’actuel Ghana, elle était capturée à l’âge de 13ans et emmené en Amérique. Turner a passé toute sa vie dans le Comté de Southampton en Virginie.

Turner était de nature, très intelligent et apprenait très vite. Il a appris à lire et écrire très jeune. Très pieux, on voyait souvent Turner en train de prier, jeûner ou en train de lire les histoires de la Bible. Il a plusieurs fois eu, ce qu’il appelait des visions, qu’il interprétait comme étant des messages de DIEU. Il a souvent eu ce genre de visions dans sa vie; par exemple, quand il avait 22ans, il a réussir à fuir son maître et est revenu un mois plus tard après avoir eu une vision. Turner dirigeait souvent les services baptistes, prêchant la Bible à ses copains esclaves, qui l’ont surnommé « Le prophète ».

En début 1828, Turner était convaincu qu’il lui était ordonné d’accomplir une grande mission par le Très-Haut, il disait :” Je dois commencer et lutter contre le diable (l’homme blanc) car dans les prochains jours, le premier sera le dernier et le dernier sera le premier; DIEU m’a donné la tâche de tuer mes ennemis avec leurs propres armes».

Au début de février 1831, Turner s’est mis à prendre certaines conditions atmosphériques comme étant des signes lui disant qu’il devrait préparer la rébellion contre les propriétaires d’esclaves. Le 11 février 1831, une éclipse solaire s’est produite en Virginie, Turner a interprété cela étant « la main de l’homme noir rejoignant le soleil » et il prit ça pour son signal. La rébellion était planifiée pour le 4 juillet, jour de l’indépendance, mais était reportée pour plus de disponibilité de ses disciples, dont certains étaient malades. Le 13 août, il y eut une autre éclipse solaire, Turner prit cela pour son dernier signal, et une semaine plus tard, le 21 août, il commença la rébellion.

Turner a commencé avec quelque de ses compagnons esclaves. Les rebelles allaient de maison en maison, libérant les esclaves et tuant les blancs qu’ils trouvaient. Les rebelles comprenaient plus de 70 esclaves et noirs libres.

Comme les rebelles ne voulaient pas signaler leur présence, ils utilisaient des couteaux, des haches, et autres armes blanches au lieu d’armes à feu. La rébellion n’était pas discriminatoire en fonction de l’âge ou du sexe, vu qu’il était déterminé que la rébellion atteigne un nombre suffisant de partisans. Nat Turner, a confessé, avoir tué qu’une seule personne des victimes de la rébellion, qu’il a tuée avec un coup de bâton au crâne.

Avant que la milice des blancs puisse être capable de répliquer, les rebelles ont tué 55 hommes, femmes et enfants. Ils ont épargné quelques maisons, celles des blancs pauvres, car Turner disait que malgré qu’ils étaient blancs, ils subissaient le même sort que les esclaves. Turner a également estimé que la violence révolutionnaire servirait à éveiller l’attitude des blancs sur la réalité de la brutalité de l’esclavagisme. Turner a aussi dit qu’il voulait semer la terreur et l’alarme parmi les blancs.

La rébellion a été anéantie en deux jours, mais Turner a su échapper à la capture jusqu’au 30 octobre, quand il fut retrouvé dans un trou, un peu comme Sadam Hussein. Le 5 novembre 1831, il a été jugé, emprisonné et condamné à mort. Turner a été pendu le 11 novembre 1831. Son corps a été écorché et découpé en morceaux. Par la suite de l’insurrection, il y eut 45 esclaves, y compris Turner, et 5 noirs libres jugés pour l’insurrection et les crimes à Southampton. Des 45 esclaves jugés, 15 ont été acquittés, et des 30 condamnés, 18 furent pendus, et 12 graciés et vendus en dehors de l’Etat. Des 5 noirs libres jugés pour l’insurrection, 1 fut pendu et les 4 autres, acquittés.

Après son exécution, son avocat, Thomas Ruffin Gray, s’est chargé de publier « Les confessions de Nat Turner » tirés en partie de recherches individuelles pendant que Turner était caché et des conversations avec lui en prison avant le procès. Cet ouvrage est le principal document historique concernant Nat Turner.

Au total, L’Etat a exécuté 56 noirs suspectés d’avoir fait partie de la révolte. Par la suite, près de 200 noirs, dont la plupart n’avait rien à voir avec la rébellion, ont été battus, torturés et tués.

Toutefois, les propriétaires d’esclaves dans le sud avaient toujours peur d’une répétition d’une rébellion comme celle de Nat Turner. Les municipalités de Virginie et d’autres états du sud, les législateurs d’État ont adopté de nouvelles lois interdisant l’éducation des esclaves et des noirs libres, qui restreignent les droits de réunion et d’autres droits  pour les noirs libres, et même exigeant la présence de blancs à assister aux cultes dans les églises de noirs.

Nat Turner a été pendu à l’âge de 31 ans, très jeune, pour ce qu’il a appelé un message venant du Très-Haut. J’espère que malgré le moyen qu’il a utilisé pour exprimer son ras-le bol, qui pour certains pourraient être considéré pas très approprié (selon certains je précise, pas selon moi), vous garderez toujours l’image de cet homme passionnant, pieux, téméraire et déterminé, qui a su être le tout premier esclave à donner du fil à retordre aux vrais meurtriers de l’histoire.

FLORIAN MUANDA MOMBO

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Culture et Société

2 réponses à “Nat Turner, un esclave prophète et révolutionnaire

  1. Sofiane MOKRETAR

    Tout au long de l’histoire du monde, des peuples ont été opprimés, massacrés et asservis, et cela au nom de dieu ou pour toute autre débilité humaine. J’admire cet homme qui malgré sa peur et son infériorité numérique, à du dépasser cela et pris les armes. Plusieurs diront, « ça a servi à quoi, il n’a fait qu’aggraver les choses ». Moi je dis, « que Dieu le garde, IL EST MORT EN HOMME LIBRE ». Et il a certainement offert cette sensation à plusieurs des ses frères et compagnons d’infortune.

  2. moussa

    Bonjour
    d’abord merci pour votre excellent article historique Florian .
    j’ajouterai par rapport à votre introduction une catégorie qu’il ne faut surtout pas occulter parmi les « frères » …ceux qui ont collaborés et vendu leurs frères à l’homme « blanc » .. car comme vous le savez en Afrique l’asservissement des tribus vaincus n’a pas attendu l’arrivée du colon !!!
    le colon ne pouvait mettre à l’époque (17eme siècle) une telle organisation en terre hostile sans la très grande complicité des peuples avec qui il collaborait pour la traite ..
    Le monde ne doit pas occulter l’esclavage…nous les africains ne devons pas occulter cette face cachée de l’esclavage….
    merci
    Moussa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s