Kaawman, L’histoire #1 : Le voyage et les bagages

Je m’appelle Kawmaan et j’ai 18 ans. Aujourd’hui je dois prendre un vol ce soir à 22h30 précise pour la France car je dois aller étudier. Maintenant que je le dis, je reconnais que chez moi aussi on peut y étudier mais bon moi je m’en vais, je ne reste pas. Alors que toute ma famille, la plus proche comme la plus éloignée, s’adonne aux derniers préparatifs, je profite du peu de temps qui me reste pour aller voir ceux qui ne pourront pas se déplacer pour venir me dire au revoir: famille, amis et voisins.

Mon cœur bat la chamade, je m’imagine déjà là-bas, non j’imagine mon premier voyage en avion. En fait je ne peux pas l’imaginer, je n’en ai aucune idée si ce n’est les scènes que j’ai déjà vu à la télévision. « Kawmaan, Kawmaan ! » s’écrie le boutiquier du quartier en me tapant sur l’épaule. Devant le magasin, il allume sa cigarette et me demande à quoi je pense pour être si absorbé. Je lui avoue mon départ. « Dieu est Grand » me répond-t-il. Il poursuit : « Le guerrier ne fuit pas le champ de bataille, s’il s’en va c’est pour aller chercher de la force. Pars mais lorsque tu seras là-bas, n’oublie jamais ce pourquoi tu as quitté ton pays, ta famille et tes amis. Plus important encore, n’oublie pas qui tu es et par conséquent qui tu n’es pas. Je le jure au nom de mon marabout que tout ira pour le mieux.» Pendant qu’il parlait, je me posais des questions. Qui suis-je ? Que suis-je ? Quel est le but de mon expatriation ? Les réponses sont tellement évidentes pour Bass que je n’ose pas les lui demander. Je le remercie et l’enjoins de ne pas m’oublier dans ses prières avant de partir direction la maison de Grand Dieng. Toujours en train de penser à toutes ces questions sans réponses claires et précises, je marche sous le chaud soleil du mois d’août et sur le brulant et épais sable de Guédiawaye.

Quand j’arrive devant la porte de la maison de Grand Dieng, le muezzin entame l’appel à la prière de midi. Je sonne, on m’ouvre et j’entre. Grand Dieng n’est pas là, je profite de la situation pour préluder à la prière de « tisbar » (début d’après-midi). Je prie mais je n’arrive pas à me concentrer tellement tout ce qui tourne autour de ce voyage commence à me perturber. Je me ressaisis et termine. Toujours assis sur mon pied gauche et sur le talon de mon pied droit, le doute m’envahit. Et si j’échouais dans mes études ou si je perdais mon chemin en cours de route. En un mot et si je ne suis plus le même à mon retour. Les maux de tête n’ont pas le temps de prendre place qu’entre mon aîné dans le salon et s’agenouille ironiquement pour recueillir les dernières invocations de son petit frère. Chez nous c’est la culture de l’humilité qui prévaut. Nous nous chambrons un petit peu et c’est parti pour la chambre de la démocratie. En fait nous nous y sentons plus à l’aise, plus… chez nous. Pendant qu’il installe le gaz, je prends les tasses et le plat que je vais rincer au robinet. A mon retour tout ce qu’il nous faut pour faire du bon thé est là devant moi, au pied du lit. Comme à son habitude, Grand Dieng met son hôte à l’aise en lui racontant ce qui s’était passé la veille ou l’avant-veille, généralement une anecdote drôle, ce qui s’était dit ou fait dans la chambre par un tel ou un tel. Soudain il se tait car il remarque une chose inhabituelle à savoir que je suis un peu tendu voire pensif. « Pour toi, ne t’inquiète pas ça ne peut qu’aller bien, même à l’extérieur du pays. Oui ! J’ai croisé Bass en revenant, il m’a dit que tu es passé lui dire au revoir et lorsque tu quittais sa boutique tu te dirigeais ici… ».

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture et Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s