NTIC: Africains, Ne restons pas à la traîne!

Les NTIC sont entrain d’être incontournables à tel point que les informaticiens s’amusent à dire : « Un  jour les informaticiens dirigeront le monde ». Si les informaticiens africains réadaptent leur façon d’utiliser et de se servir des technologies, à défaut de gouverner l’Afrique, ils pourront considérablement contribuer à l’évolution et la reconstruction

du continent. Un chercheur  togolais du nom de Victor Agbegnegou vient d’inventer un nouveau système de Télécommunication très innovant appelé Matloop, un concept de communication équitable. Matloop est une antenne qui fait office de serveur électronique, qui permet de téléphoner, de surfer sur le net et de capter la télévision. Un « trois en un » vous me direz! Il est indépendant des réseaux locaux: en l’implantant dans un village, il suffira simplement d’un module dans une case avec une antenne au dessus et chacun pourra avoir accès en  faisant un branchement avec sa fiche. Le village est couvert en cas de risque d’isolement ou de perte de réseaux. Matloop est tout à fait adapté à notre continent. En effet, il y a une grande fracture numérique Nord-Sud, les pays du Nord représentent à peu prés 88% du commerce des équipements des télécommunications mondiales alors que l’Afrique n’atteint même pas 0,5% en peinant avec 0,14% avec deux lignes pour 100 personnes, ce qui est plus que dérisoire.

Un accord avec la CDEAO pourra permettre à Monsieur Agbegnegou d’avoir le financement qu’il lui faut  pour établir son invention en Afrique. Il prévoit de créer des sites pilotes en Afrique, de former d’autres techniciens et ingénieurs africains qui, eux-mêmes, pourront fabriquer le produit sur place et l’exporter après en dehors de l’Afrique pour le commercialiser. Victor Agbegnegou refuse de vendre la licence aux américains qui se sont empressés de lui faire des propositions en affirmant : « l’Afrique d’abord et moi après car c’est une invention d’un africain pour les africains». Quand nous voyons que les sociétés de télécommunications en Afrique sont toutes tombées dans le giron du groupe français Orange Telecom (Sénégal, Mali, Côte d’Ivoire, Cameroun, ….), des chercheurs de cette envergure sont fortement à encourager.

Pour pouvoir être plus efficace dans cette jungle des NTICS, changeons notre façon de les utiliser pour éviter de continuer à les subir mais plutôt de contribuer à leur évolution. Pour tirer notre épingle du jeu, nous devrions sortir du schéma classique. Nous avons d’autres choix, et pour des pays en voie de développement, une situation non négligeable, un monde libre s’offre à nous. Nous avons à notre disposition des systèmes d’exploitation comme Ubuntu qui est totalement libre et gratuit à notre disposition.

Ubuntu fut créé en 2004 par le milliardaire sud-africain MARK SHUTTLEWORTH, développeur Debian. Il est le propriétaire de la société Canonical Ltd. C’est lui qui a créé la fondation Ubuntu en 2005.Ubuntu est un système d’exploitation libre basé sur Debian GNU/Linux et sponsorisé par la société Canonical. C’est une distribution GNU/Linux qui réunit stabilité et convivialité. Elle s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels, débutants ou confirmés qui souhaitent disposer d’un système d’exploitation libre et sécurisé. « UBUNTU »  est un ancien mot africain gui signifie « humanité aux autres ». Ubuntu signifie également « je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ». La distribution Ubuntu apporte l’esprit Ubuntu  dans le monde des logiciels. Cette distribution se veut d’être un système d’exploitation complet, général et composé uniquement de logiciels libres et open source. Il existe plusieurs versions d’Ubuntu. Il faut noter qu’une nouvelle version sort presque tous les six mois et pour passer d’une version à une autre, il suffit juste de faire une mise en niveau sur le panneau de mises à jour inclus dans le système. Un grand plus: la possibilité d’utiliser nos langues et dialectes africaines! Un zoulou ou un wolof peut avoir sa machine Ubuntu en zoulou ou en wolof comme il l’a en français ou en anglais.  Pas difficile à utiliser, moins aisé que le suivant avec Windows, Ubuntu résout tout de même pas mal de situations allant de la sécurité à l’utilisation des logiciels open source en plus. De surcroît, nous avons de nombreux tutoriels pour faciliter son utilisation disponible également gratuitement en ligne.

En faisant le point nous nous rendons compte que nous n’utilisons pas et nous ne profitons pas assez de ces nouvelles technologies. Nous avons FACEBOOK qui est à lui seul plus peuplé que beaucoup de pays avec des millions et des millions d’adhérents et un jeune à la tête de cette organisation. Alors, pourquoi pas des réseaux sociaux mis en place par des jeunes informaticiens africains ?

C’est bien d’apprendre l’informatique. Mais c’est encore mieux de le réadapter à un continent en voie de développement, si bien sûr nous voulons œuvrer et travailler pour l’essor de notre chère Afrique. C’est un marché et un volet à exploiter. Il faudra plus d’informaticiens et d’ingénieurs en télécommunications pour combler le gap qui nous sépare des autres continents. LET’S WORK FOR IT BROTHERS AND SISTERS!

Fatou Niang SOW

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Sciences et Technologies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s