Cours Sénoufo

Pour la langue, nous nous intéresserons à celle d’un des plus anciens peuples installé en Côte d’Ivoire : le Sénoufo, peuple à la culture millénaire installé dans le Centre et le Nord de la Côte d’Ivoire. En voici la base même si elle peut varier selon les régions du « Pays » Sénoufo.

VOCABULAIRE SENOUFO : NOM MASCULIN / FÉMININ PAR ORDRE CHRONO :

1er Fils / Fille = ZIE / GNELE

2ème Fils/ Fille = Zana / GNÔH

3ème Fils/ Fille = N’GOLO / GNIRE

4ème Fils/ Fille = BÊH / BARA

5ème Fils/ Fille = DÔH / ZELE

6ème Fils/ Fille = MBAHA / GNAMAN

7ème Fils/ Fille = GNANMAN

8ème Fils/ Fille = SELA

VOCABULAIRE: LES PRONOMS PERSONNELS EN SENOUFO

MIH = Moi, je, mon ;

MOUnH = Tu, toi, tes;

HOU = il,

OLOH = nous, notre;

YELEH =Vous, Vos,

PEH = ils.


Exemple
MIH: mihdjo – je dis; MItoh- mon père;

Mounh: mounh kpague = ta maison, Mounh ché- tu vas

HOU: Hou toh = son père, hou n’ché = il s’en va

OLOH: oloh dalaman = dans notre cours; oloh kpague = notre maison;

YELEH: Yéléh wohki= c’est pour vous; Yéléh Kpague = votre maison

PEh: Péh n’djoh = ils disent; Péh kpague = leurs maisons. péh pihou = leurs enfant. Bonne journée à tous

SALUTATION:

Bonjour = FO GNIN NANN * Midi = FO TCHANGUE NAN * Soir = TCHANGÔGUE NAN

Fo = Salut Gning = Jour (levée du jour)

Tchangue = Soleil

Koiôh = fini, la fin donc le mot Gôgue vient du mot Koiôh

Yabligue = la nuit donc pour la salutation de la nuit = Fo pliguénan

Réponse (Homme) : Mbahh a yéléman yah = mbah et chez vous

Réponse (Femme) : M’bafooo à yéléman ya

Tchépôrôgue = Mariage; Exple: Zié Tchépôrôgue gnin Tanitchangue. Zié se marie le Jeudi

Katcholo ou Katiole = Cour; Exp : Oloh to katchole ki, c’est la cour de notre père.

Djafôhou (Djahou) = Fils; Exp :

Porofôhou (poro) = Fille;

Tchôlô (tchôhou) = femme;

Narouhou = neveu,

Yayêdêmin = aidez-vous ;

Kolotchiôlô wochô= que DIEU nous protège,

SIN YEGUE (Sounh yegue) = mois de carême. Sounh ou sin et une mot empreunté au bambara Yegue = mois.

HISTOIRE ET CULTURE:
1 – Le CALAO

C’est l’oiseau primordial des Sénoufo : il est le protecteur par excellence. On l’appelle « Ségèn ». Son ventre bombé fait de lui un symbole de fécondité et de fertilité. Il représente et évoque la prospérité. Cet oiseau est dans les mythes sénoufo, l’un des cinq premiers animaux apparus sur terre avec le caméléon, la tortue, le serpent et le crocodile. Il transporte les âmes des morts dans l’autre monde et sert généralement dans les rites initiatiques du poro. La majorité des senoufo à Abidjan l’ont dans leur maison.

Au-delà de la fécondité, le calao renferme trois grandes notions qui caractérisent le Sénoufo:

A- Son dos large = Il endure beaucoup pour protéger sa postérité, on dira qu’il encaisse beaucoup.

B- Son gros ventre = celui qui sait beaucoup mais qui ne dit mot. C’est la connaissance, le savoir qui se couvre, qui ne se dévoile pas à vue d’œil;

C- Le bec long et pointu = c’est celui qui parle peu. C’est l’expression de celui qui ne parle que pour s’engager et cet engagement est symbole de détermination.

2 – LA PENSÉE SENOUFO

La pensée qui guide le Sénoufo dans sa vie est celle-ci : « Je dois mourir en mes enfants pour mieux accéder à l’éternité ». Cela suppose trois choses :

1-La nécessité d’avoir des enfants. Pour lui, la femme n’est donc plus une simple compagne, elle est la garantie de l’héritage.

2-La nécessité de l’éducation. Il inculque en ses enfants les valeurs familiales et sociales car chaque jour que Dieu fait c’est une partie de lui qui le quitte pour se loger en eux. C’est pourquoi, il appellera son fils « Djafow » : celui qui le dompte.

Il désignera sa fille par le terme « Porofow » : celle qui le lie à autrui ou celle qui le marie à autrui.

3-La nécessité de transmettre le savoir. A ses enfants il donnera ses connaissances : celles qu’il a reçues et celles qu’il a eues par ses propres relations.

ATO

About these ads

26 Commentaires

Classé dans Culture et Société

26 réponses à “Cours Sénoufo

  1. C’était bien ardu, ce cours ! Encore un effort, et on y est ! Merci pour la transmission :-)

  2. Très belle initiative, mais il serait très intéressant de mettre la source du document. Car elle provient de la page  » Les senoufos de Facebook » Merci

  3. Je suis au regret de m’inscrire en faut quant à cette initiative de parler une langue appelée le senoufo. Le senoufo n’est pas une langue. C’est un groupe d’ethnies qui comprend le Tiembara (Korhogo), le Nyarafolo et le Palaka (Ferké), le Nafara (Sinématiali), etc…
    Il y a des différences d’intonations et de prononciations entre ces différents ethnies. Il en est de même pour le groupe Akan. En effet, il y a le Baoulé, l’agni, le Godè, etc… Mais il n’y a pas de langue akan.

    Prenons des exemples concrets:
    Pour les prenons personnels ci-dessus, je dirais Mon = toi (au lieu de mounh) en nyarafolo; wélh = nous (au lieu de holo), yélh = vous et pélh = ils. Cette différence sera encore plus déterminante si on parle le palaka et ainsi de suite.
    Au niveau des noms propres comme indiqué ci-dessus, je n’ai pas connaissance de ces notions en pays nyarafolo. En effet, chez nous il n’y a jamais eu de Zié, de Zana, de N’golo, de Bêh, etc…
    En conclusion, dites-nous que vous faites des cours de Tiembara (senoufo de Korhogo) et non de sénoufo. Ce terme de senoufo est plutôt un vocable générique qui désigne le grand groupe qui comprend de nombreux peuples en Côte d’Ivoire, au Mali, au Burkina Faso, au Ghana, en Guinée et jusqu’au Cameroun, etc. …

    Pour finir, je voudrais lancer l’idée que vue ces différences et pour le respect de certaines normes culturelles et sociales, la radio et la télévision nationales ivoiriennes doivent revoir cette ligne de conduite de langue nationales. Le senoufo qui est parlé les lundis soirs, je suis bel et bien nyarafolo et je ne le comprend pas. De grâce, qu’on dise clairement « on parle Tiémbrara et non le sénoufo ». Merci mes frères et sœurs.

    • COULIBALY KPINNAN

      Les Sénoufos (ou Siéna, nom qui se donne et qui signifie ceux qui parlent le séné, le sénoufo) constituent une ethnie africaine, présente au Burkina Faso, dans le sud du Mali (principalement dans la région de Sikasso) et en Côte d’Ivoire (au nord, autour des villes de Boundiali et Korhogo), comptant environ 1 663 199 de membres, soit 9,7 % de la population de Côte d’Ivoire.
      Les Sénoufos sont essentiellement des paysans qui cultivent le riz, le mil, le maïs, l’igname, le manioc et le thé1.

      Les sénoufos sont subdivisés en plusieurs sous-groupes :
      les Pongalas dans la sous-préfecture de Kasséré ;
      les Niarafolos essentiellement dans le département de Ferkessédougou ;
      les Tchébaras dans le département de Korhogo ;
      les Tagbanas/Tagouanas à Katiola ;
      les Nanfarans dans les sous-préfectures de Karakoro, Napie, Komborodougou,Sinématiali, etc. ;
      les Fodonons (qui dansent le Boloï appelée communément danse panthère) à Lataha, Kataha, Moroviné, Plagbo,
      les Gbatos à Séguélon, Ganaoni, Dianra et Cissédougou,
      les « Kafibélés » à Sirasso, Dagba, Nafoun et Kanoroba.
      Les Miniankas sont considérés comme apparentés au peuple Sénoufos. Ils sont installés dans les cercles de Koutiala et de San, au Mali.

  4. Mon chèr Yéo vous avez en effet raison. Mais ces amalgames sont le fait que les langues constituantes du groupe Sénoufos sont méconnues. Mais lorsque des gens essaient tant bien que mal à les faire vulgariser, ces gens là méritent notre reconnaissance; qu’on soit Sénoufo ou Akan… Finalement c’est la Côte d’Ivoire qui se fait connaitre. Merci pour la pertinance

  5. silue

    Je crois qu’il ne sert à rien tous ces petit détail. moi je suis de sinematiali et je comprend le tchebara et un peut le palaka

    • Soro karim doba

      Je pense qu’il serai encors mieux de preciser la langue etant donnée que le SENOUFO n’est pas une langue,mais plutôt un groupe de peuple,ne partagent pas les mêmes èthinies,mais aiyant une même culture.
      moi je suis sinematialie…

  6. SILUE FANGABA NOEL

    Je remercie Mintouh qui a rélévé quelques détails très importants par rapport au grand groupe sénoufo qui est composé de :niarafolo,tchimbara,nafanra,tagbana,djimini,etc….Simplement pour vous dire que les prononciations et les intonations ne peuvent pas etre les memes;néanmoins je vous exhorte davantage à plus de recherche pour nos enfants qui sont nés en dehors de nos villages

  7. karine Sekongo

    Merci pour ce cours. Je suis ravie d’avoir des informations sur le groupe sénoufo (Histoire et culture). Je suis Nanfara par mon père et j’avoue que je ne me suis pas retrouvée dans le mini dictionnaire mais cet article m’a fait plaisir. C’est un bon début.

  8. Ce cours de senoufo de mon point de vu est un départ pour faire connaître le senoufo et sa riche culture. La langue senoufo est bien la langue que parle le peuple senoufo. C’est tout comme les français qui parlent le français.
    Je pense que si nous ne pouvons ou ne voulons pas développer nos valeurs humaines et culturels, resevons-nous de sabotter ceux qui s’y interessent. Je remercie le ou les auteurs qui acceptent partager avec les gens les résultats de leurs recherches.
    Sanogo

  9. COULIBALY GNENEKA.

    salt à tous!
    je suis COULIBALY GNENEKA. et je tchébara.
    Je voudrais simplement dire aux uns et aux autres que ce document que nous avons lu me semble avoir été conçu pour contribuer à la vulgarisation de la culture Sénoufo. Ainsi, encourageons les initiateurs de la chose en leur indiquant la bonne voie et non pas en leur faisant des reproches certes utiles mais que je trouve un méchant.

  10. zanga diarra

    xlt les frêres. J aimerais feliciter les initiateurs de se programme car ils contribuent a la promotion de la riche et belle culture senoufo. Mw jui du sous_groupe appeller tagba qui se situe a Kadiolo et Sikasso au MALI et oxi au BURKINA FASO ds la region du kenedougou. Concernant cet texte je constate 1 peu de differences concernant les pronoms tels ke le pronom (nous) qui se dit(wou) chez nous. Mais les prenoms tels ke citez son parfaitement les mêmes. Donc felicitations aux initiateurs et kil continuent sur cette lancée pour qu’ont puissent connaitre beaucoup plus de facettes de la langue senara. Merxi

  11. Moi je suis bete de korhogo quartier 14 je vous aime les senoufo

  12. Amidou Zé GOUETA

    Felicitation à vous pour cette belle initiative. J’en suis heureux. Bonne suite!!!!!!!

  13. kahafolo

    Bonne initiative!
    Il faut un début pour tout. Palaga nafara ou pongala l’essentiel est de le promouvoir.

  14. Je suis tellement contente de voir un tel article. Merci de valoriser notre langue.

  15. Moutian Kamaté

    je suis bobo félicitations à vous. je vous aime

  16. Péfoungowo COULIBALY

    Félicitation pour cet article et la pertinence des commentaires qui ne font que l’enrichir.
    Moi je suis Sénoufo de l’ethnie Nyarafolo de Ferké en Côte d’Ivoire. Malheureusement je ne comprend pas ma langue et je vis loin de mon village et de ma famille. Quelqu’un peut-il me conseiller des ouvrages s’il en existe? ou autre chose qui pourrait m’aidez à apprendre?

  17. Trop cool mais c’est pas suffisant . Bon arrivée,merci,viens ,va ,tout ça moi en particulier je ne connais pas.

  18. Idrissa coulibaly

    idris coulibaly
    Merci pour toutes ces contributions, que dieu vous bénisse. Il faut dire que les critiques sont bonne et vont certainement permettre aux initiateurs de toujours cherché à parfaire leurs publications. Ne soyons pas amère face à une critique, car ce qui est important c’est la compréhension des différents points de vue et surtout l’apport significatif au génération futur ainsi qu’au peuple Sénoufo. Que Dieu bénisse mon peuple bien aimé, honnête, travailleur, fidèle et courageux.

  19. aboudramane zié Ouattara

    j’ai été très heureux de découvrir ce site, et j’en remercie les initiateurs.
    en effet cette tribune permettra de mieux connaitre les senoufo. je suis TAGBA, les TAGBA font parti du grand groupe senoufo; ils sont localisés en CI ( M’bengué, Katogo ,Niéllé, Toumokoro..) au MALI( Kadiolo , touban. Djiou…..) et au sud-ouest du Burkina . je voudrais bien partager ces informations afin que nous puissions nous connaitre d’avantage.

  20. je suis heureux de savoir la présence d’une telle initiative sur la toile…surtout pour nous qui sommes ignorant de notre culture…merci à vous car notre volonté de connaitre profondément notre culture nous empêche de dormir convenablement

    • coulibaly moussa Yassaré

      Coulibaly Moussa
      félicitations à vous tous mes frères. Que les linguistes sénoufo nous donnent d’autres enseignements. Nous sommes nombreux à en avoir besoin. j’ai 60 ans né et grandi en ville j’ignore totalement le sénoufo ça me fait honte.

  21. COULIBALY M

    Je sui de père Senoufo, de NIELE et de mère nigérienne. J’ai beaucoup à apprendre… merci à tous pour ce bon début

  22. Rokya Traoré

    je suis perdu oh, ramenez moi dans la république de mes ancêtres. Je veux apprendre mon ethnie (le tchébara) alors besoin d’aide. Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s